Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/11/2017

La Cellulite

Après la liposuccion et le Botox, une nouvelle technique pourrait révolutionner le petit monde de la cosmétique et de la chirurgie esthétique: l’enzyme anti peau d’orange. Deux médecins américains viennent de faire breveter un procédé testé cliniquement qui permet de digérer la cellulite située sous la peau.  

La cellulite, cette inconnue

Bien qu’elle soit la bête noire favorite de la presse féminine, les chercheurs ne se sont intéressés que très récemment à la cellulite. Il a fallu attendre 1998 pour qu’une équipe américaine montre que la cellulite doit son aspect à une fine couche de tissu conjonctif constituée de collagène et située juste sous la peau. Ainsi, chez les personnes sans cellulite, cette couche est lisse, chez les autres, elle est grossière et irrégulière; ce qui donne à la peau un aspect de peau d’orange.

Trop de collagène dans la main

Le chirurgien esthétique Alexander Dagum et sa collègue Marie Badalamente ont donc eu l’idée d’injecter un enzyme appelé collagénose, afin de lisser la cellulite.

Cet enzyme, qui détruit spécifiquement le collagène, a déjà été utilisé, sans effet secondaire marquant, dans le traitement de la maladie de Dupuytren; une maladie caractérisée par une prolifération pathologique du tissu conjonctif de la main.

6 semaines pour changer de peau

Pour s’attaquer au « mauvais » tissu conjonctif de la cellulite, Dagum s’est donc largement inspiré de la méthode employée pour s’attaquer au mauvais tissu conjonctif de la maladie de Dupuytren.

Le traitement qu’il décrit dans son brevet peut être administré soit par injection, soit au moyen d’un patch cutané.

Il affirme que les 10 femmes qu’il a traitées pendant 4 à 6 semaines avec son procédé ont vu leur surface de cellulite réduite de 77%.

Les dessous de la cellulite

Très peu de femmes sont épargnées par la cellulite, qui se manifeste par la redoutable " peau d'orange ". Il n'y a pas de mystère, il faut réagir dès qu'elle commence à s'installer.

Entrez dans les coulisses des cellules graisseuses et découvrez comment ces amas inesthétiques de cellulite nous gâchent la vie.

Depuis la nuit des temps, la cellulite existe

Antique mécanisme de survie, le stockage des graisses permettait à nos ancêtres des cavernes de constituer l'essentiel des réserves énergétiques pour subsister pendant les périodes de vaches maigres.

Mais nos ancêtres nomades ont évolue, leurs descendants sont devenus sédentaires et ont adopté un mode de vie plus confortable où les richesses alimentaires abondent. Malheureusement, le système de stockage énergétique sous forme de graisse est, lui, demeure sous forme de cellulite !

Cellulite, les femmes en première ligne

Le corps des femmes est naturellement recouvert d'un tissu de réserve qui lui confère ses formes féminines tout en courbes et en arrondis.

Ce tissu adipeux situé entre la peau et le muscle est maintenu en place par une trame conjonctive, sorte de filet dont les mailles adhérent au muscle en profondeur et à la peau en surface. C'est lui qui est responsable de l'aspect capitonné de la peau, l'effet visible de la cellulite.

Capitons, cellulite, peau d'orange, même combat

Phénomène complexe, la cellulite se définit par l'augmentation du volume adipeux hypodermique (sous la peau) situé principalement au niveau des cuisses, des fesses et des hanches (répartition graisseuse de type ganoïde, soit sur le bas du corps) mais également par l'apparence matelassée et capitonnée de la peau, communément appelée peau d'orange.

Sous influence hormonale, elle demeure l'apanage de la gent féminine, avec sur le banc des accusés : les œstrogènes.

La lipogenèse, fabrication de graisses sous la peau au sein des lobules graisseux, utilise le glucose et les acides gras contenus dans le flux sanguin.

Ces substances pénètrent dans l'adipocyte, sous la surface cutanée, et ont des répercussions directes sur la qualité des graisses produites et stockées. Si la consommation de ces graisses par l'organisme et la lipogenèse s'harmonisent, la taille des tissus suit le pas.

En revanche, si le stockage des graisses est plus important que la combustion, les adipocytes, extrêmement extensibles, s'hypertrophient, comprimant vaisseaux sanguins et lymphatiques.

Résultat : la peau prend un aspect matelassé, ce sont les capitons, aussi appelés "peau d'orange".

En finir avec la peau d'orange !

80 à 90% des femmes sont touchées par ce véritable fléau engendré entre autres par les fluctuations de poids, les maternités, la faible durée des allaitements, l'abus de bains chauds.

Plus le problème est décelé tôt, plus il peut être corrigé rapidement. Avec des soins appropriés, la peau peut redevenir plus lisse. Les plis et les capitons s'estompent et la peau se tonifie.

Et pour garder un corps tonique, bougez et laissez la cosmétique vous donner un coup de pouce !